Echange du 12 Février 2020

Bonjour Dominique   J'ai regardé brièvement votre site, mais je ne vous promets pas de le suivre régulièrement. Je vois que vous vous intéressez aux astroblèmes (traces d'un impact cosmique), et je remarque (je ne sais plus si j'avais déjà regardé) que nous n'avons pas d'article Astroblème, seulement une redirection. C'est dommage car ça mériterait un exposé autonome, notamment en ce qui concerne les critères qui indiquent qu'une structure est probablement un astroblème (critères géologiques et stratigraphiques, mais pas n'importe lesquels), critères pétrologiques (roches issues de la fusion à faible pression de roches sédimentaires), critères minéralogiques (présence de tectites, traces de choc sur les quartz, etc.). J'en ai pas mal entendu parler (notamment par un collègue qui s'y était consacré sur le tard, mais il est décédé), mais je n'en suis pas du tout un spécialiste. Je ne connais pas grand-chose sur le Bassin parisien mais je pense que les spécialistes foisonnent. Concernant la géologie de Madagascar il y a bien sûr beaucoup de chercheurs, mais peut-être pas énormément en France, il y a en tout cas mon excellent collègue Christian Nicollet. Je sais en tout cas que la position et la géologie de Madagascar sont bien expliquées par un épisode de fracturation du Gondwana, suivi de la dérive de Madagascar et de l'Inde (la première dérive s'est arrêtée assez rapidement, celle de l'Inde a continué, et continue même aujourd'hui quoique moins vite). Cordialement,

 

Merci pour votre réponse. Concernant Madagascar, j'ai bien entendu consulter les rapports et explications des scientifiques sur son origine et son parcours lors de la dérive des continents. Scientifique dans d'autres domaines, je me suis posé la question : quelle origine à le plateau des Mascareignes ? Il ressemble totalement à un plateau continental, mais dont le continent à disparu. Certains scientifiques l'appellent « Mauritia», microcontinent disparu. ( Un article est paru sur Futura Sciences à ce sujet ). De mon côté, je me suis penché sur la forme de ce plateau. Il ressemble au plateau qui aurait pu se trouver Nord Est de Madagascar. Mais Madagascar est a plus de 1000 km de ce plateau et son orientation ne convient pas. Avec des captures d'écran, j'ai fait pivoter Madagascar de 48° dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, et placé le long du plateau des Mascareignes. L'emboîtement est parfait ! de plus, dans cet assemblage, est reconstitué un astroblème au Nord Est, d'environ 500 km de diamètre. La conclusion la plus logique que me vienne à l'esprit : Mauritia et Madagascar sont la même île. Reste à expliquer ce déplacement et rotation pour confirmer que le microcontinent disparu est Madagascar. La tectonique des plaques ne convient pas dans ce cas précis. Mon hypothèse est que glissement et rotation de l'île s'est faite brutalement suite à un impact d'une météorite, dont la trace est toujours visible sur Madagascar et au fond de l'océan indien. Qu’en pensez-vous ? Cordialement, Dominique 

 Docteur LeLoup (discuter) 12 février 2020 à 15:10 (CET)

 

Globalement, j'en pense que l'impact d'une météorite, même aussi grosse que celle de Chicxulub voire plus, n'est pas capable de transporter un bout de continent (question d'énergie et de quantité de mouvement, mais également de timing des événements). Et une météorite plus grosse encore que Chicxulub ne pourrait pas ne pas avoir laissé dans le monde entier des traces visibles, repérables dans les terrains de l'époque de l'impact, ni ne pas avoir été à l'origine d'une extinction massive. La dérive de Madagascar est attestée, avec la lenteur classique de l'expansion océanique (quelques centimètres par an), par les anomalies magnétiques du plancher océanique entre l'Afrique et l'île. Quant à Maurice et au plateau des Mascareignes, on les suit aussi par la géochronologie et les anomalies magnétiques. Ils sont constitués de roches volcaniques, selon toute vraisemblance issue du même point chaud que les trapps du Deccan, point chaud qui est aujourd'hui situé sous (ou à quelques encablures de) La Réunion (et très affaibli). Pourquoi aller chercher des hypothèses invraisemblables quand on dispose d'un modèle crédible, conforté par les données de diverses disciplines ? Je ne suis pas un spécialiste des Mascareignes mais je connais un peu la question, étant allé en mission océanographique mesurer le flux de chaleur du plancher océanique dans la région.

Je suis parfaitement conscient que mon hypothèse va à l'encontre des hypothèses actuelles de la communauté scientifique qui considère que seule la dérive des continents explique la position actuelle de Madagascar.

Je me suis fait la même réflexion avant de maintenir ma conclusion : comment une météorite peut être la cause du déplacement d’une ile de la taille de Madagascar ?

La première idée qui me vient à l’esprit : c’est complètement fantaisiste !!!

 Au mieux, une grosse météorite pouvant laisser un cratère de 500 km de diamètre aurait fracturé ou pulvériser une partie de l’ile. ( taille 65 km, densité 2000kg/m3, vitesse 15km/s, angle 60° ) . Mais il fallait que je trouve une explication à la correspondance quasi parfaite de la forme du plateau de Mascareignes avec celle de Madagascar.

Aujourd’hui, peu de scientifiques remettent en cause qu’à une époque, l’Amérique du Sud et l’Afrique ne formait qu’un continent. ( Hypothèse déduite de la concordance des côtes et bien qu’éloignés d’environ 6 000 km ). Ce qui amena la théorie de la dérive des continents dont l’histoire se résume ainsi d’après Wikipédia :

« L'hypothèse de la dérive des continents a été suggérée dès 1596. Elle a ensuite été développée et popularisée, mais mal défendue, par Alfred Wegener en 1912. Après la découverte des anomalies magnétiques du fond des océans dans les années 1960, la dérive des continents est devenue une réalité attestée par des observations directes et indirectes, et que l'on comprend dans le cadre plus général de la théorie de la tectonique des plaques»

La solution la plus logique que j’ai retenue est basé sur les points suivants :

  • Il est acté que les continents « flottent » sur  l'asthénosphère 

( http://www2.ggl.ulaval.ca/personnel/bourque/img.communes.pt/str.interne.terre.html )

 

Ma conclusion est que Madagascar a quitté sa position initiale suite à un violent impact météoritique.

Les arguments avancés contre sont les suivants :

  • « Je sais en tout cas que la position et la géologie de Madagascar sont bien expliquées par un épisode de fracturation du Gondwana, suivi de la dérive de Madagascar et de l'Inde (la première dérive s'est arrêtée assez rapidement, celle de l'Inde a continué, et continue même aujourd'hui quoique moins vite) », hypothèses que la science actuelle ne peut démontrer : Madagascar s’arrête et l’Inde file comme un bolide s’écraser sur le continent eurasien, mais bien sûr !!! Pourquoi et comment, par les simulations ?

  • La taille de la météorite, aujourd’hui, les scientifiques évaluent celle de Chicxulub entre 11 et 81 km de diamètre, ce n’est pas très précis, dans mon cas, celle de Madagascar, je l’évalue à environ 65 km à l’aide d’un simulateur pour le calcul d’un impact. Quant à des morceaux de continent déplacés par des impacts, ils sont nombreux sur notre planète, et leur nombre me conforte dans mon analyse.

  • « Pourquoi aller chercher des hypothèses invraisemblables quand on dispose d'un modèle crédible, conforté par les données de diverses disciplines ? », Le modèle que vous considérez comme crédible comporte des lacunes qui discrédite sa crédibilité : continent disparu, dérive des continents avec des arrêts ou des accélérations. Les scientifiques attribuent majoritairement l’extinction des dinosaures voici 65 millions à d'années à Chicxulub, et pourquoi pas à «  Une autre théorie pour la formation de ces coulées de lave fait intervenir un grand cratère au large des côtes dans la mer d'Arabie et baptisé Shiva. Ce cratère, dont l'origine n'est pas déterminée mais qui pourrait être météoritique, date d'il y a 65 millions d'années, donc contemporain des trapps du Deccan. Le choc de la météorite supposée pourrait avoir fragilisé la lithosphère au point de favoriser ces épanchements massifs de lave. La relation de cause à effet n'est cependant pas formellement démontrée. » ?

  • « Quant à l'île Maurice et au plateau des Mascareignes, on les suit aussi par la géochronologie et les anomalies magnétiques. Ils sont constitués de roches volcaniques, selon toute vraisemblance issue du même point chaud que les trapps du Deccan ». L’ile Maurice et de la Réunion sont d’origine volcanique, mais ne peuvent avoir un rapport avec les trapps du Deccan sinon qu’ils font parties de la même planète. Les trapps du Deccan ne sont pas issus d’un point chaud, mais plus vraisemblablement d’un cratère comme celui de Shiva. Un point chaud ne reste pas fixe Hawaï, Lord Howe Island.

Version 1.00 du 7 Mars 2020